28 novembre 2011

Tandem Jeunesse 9

logo2

Hello !!

Le 27/11/2011 à 23h étaient mis en ligne les projets pour le Tandem Jeunesse 9 qui avait pour thème cette année "Pois" : http://www.tandem-jeunesse.fr/tandem-jeunesse/projet/9

J'ai participé en tant qu'illustratrice sur une histoire de Gabounet : http://cassinoblog.over-blog.fr/

Voici notre histoire :

Couv princesse

La princesse Petit Pois

Extraits

Il était une fois une princesse…

Oui, je sais ce n’est pas très original, il était toujours une fois et c’est toujours une princesse. Mais, est-ce ma faute à moi si cette histoire se passe il y a bien longtemps et si la princesse était une princesse ? Et puis zut à la fin, c’est moi qui raconte.

Il était donc une fois une princesse qui était…

Belle ? Non pas belle, enfin oui, si tu veux, d’une certaine manière.

Mais surtout, elle était ronde. Ronde comme un petit pois.

Comment ça, c’est ridicule ? Bon, je peux la raconter mon histoire ? Sans être interrompu toutes les 3 secondes ?

Ainsi, elle était ronde comme un petit pois. Il faut dire qu’elle les aimait les pois. Toutes sortes de pois : les petits, les gros, les verts, les rouges, les jaunes. Elle n’aimait même que ça. Les pois et rien d’autre. Les triangles, les carrés, les bâtons, les rayures, tout ça, elle n’en voulait pas. Des pois, des pois, encore de pois et rien que des pois.

(…)

Le roi et la reine étaient tellement déprimés, qu’ils décidèrent de marier la princesse.

Et oui ! Les princesses se marient jeune. Tu vois, heureusement que tu n’es pas une princesse, tu devrais quitter ta maman et ton papa, tu serais triste n’est-ce pas ? Non tu es sûr ?

Ainsi, ils organisèrent un grand concours de prince, pour que leur fille chérie trouve chaussure à son pied. Tous les princes du royaume défilèrent pour tenter leur chance. Mais aucun d’eux n’était du goût de la princesse.

Devant l’un, elle s’écria : « Pouah ! Il a une tête de chou-fleur, celui-là !». Devant le suivant c’était : « Pouah ! Il a l’air d’un fayot, celui-ci !». Et le troisième « Pouah ! On dirait une carotte avec ses cheveux !». Et ça continuait : « Pouah ! Quelle courge, lui !». Et ainsi de suite durant toute la sainte journée. Tous les légumes de la terre y passèrent, de quoi faire une bonne petite sousoupe. Comment ça tu n’aimes pas la soupe ? Tu as tort, c’est bon la soupe. Mais revenons plutôt à notre princesse.

Le roi et la reine étaient désespérés. Ils se fâchèrent tout rouge (ce qui est assez bizarre tu en conviendras pour des petits pois) et obligèrent leur fille à choisir son futur mari le lendemain.

La princesse jeta alors son dévolu sur un jeune prince qui avait une tête de choux de Bruxelles. « C’est ce qui se rapproche le plus des pois », pensa la princesse. Ce prince là était, de l’avis général, d’une grande beauté. Le roi et la reine se réjouirent du choix de leur fille. Ils formaient à coup sûr un beau couple.

Mais la princesse ignorait que l’un des jeunes garçons, rejeté la veille, était tombé follement amoureux d’elle.

(…)

La première réaction du prince carotte fut de s’enfuir et d’oublier la princesse. Comment pourrait-elle jamais aimer une grande saucisse comme lui ? Mais, loin de sa belle, il vivait en enfer. Il ne mangeait plus, ne dormait plus, ne riait plus. Bref il avait perdu le goût de la vie.  Alors, il décida de retourner au palais pour conquérir, coûte que coûte, le cœur de sa tendre princesse.

Le prince décida de manger, de manger et de manger encore, tant et si bien qu’il deviendrait rond. Rond comme un ballon.

Hélas, un jour qu’il s’empiffrait comme un ogre de pâtés en croûte, de dindes rôties et de chevreuils à la broche, la princesse pénétra dans la cuisine.

« Eh bien mon ami ! Vous avez bel appétit. Vous allez devenir gras à vous empiffrer de la sorte. La taille fine vous va pourtant si bien. »

Et, elle tourna les talons, laissant le prince carotte les bras ballants et la bouche bée, bien que pleine. Il cessa aussitôt son régime 100 % gras.

(…)

Attends, ne soit pas trop pressée de savoir si elle va enfin tomber amoureuse, laisse moi le temps de raconter la suite.

Le prince carotte ne savait pas trop sur quel pied danser. Que dire à la princesse ? Il sentait bien que c’était là un instant unique, sûrement la chance de sa vie.

Alors, il se tourna vers la princesse, prêt à lui avouer tout son amour. Lorsque leurs yeux se croisèrent, il se passa une chose qui n’arrive que dans les contes, l’amour envahit leurs deux regards.

Pourquoi la princesse tomba-t-elle amoureuse d’un coup ? C’est bien simple. En sortant dehors, alors que le soleil brillait bien fort, des milliards de petits pois roux avaient éclos sur les joues et sur le nez du prince carotte. Tu l’as deviné, ces petits pois roux sont des taches de rousseur, qui n’apparaissent sur le visage du prince que lorsque le soleil brille.

Ainsi, malgré leur différence de taille et de caractère, chacun dans le royaume trouvait qu’ils formaient un beau couple. Lorsqu’ils se marièrent, ils étaient les plus beaux du monde, dans leur costume à pois roux.

La moralité de cette histoire, que je te prierais de bien écouter, c’est que les petits pois sont très bien assortis aux carottes et que si tu ne finis pas ton assiette immédiatement, je retourne chercher le prince chou de Bruxelles.

 Et voici mes illustrations :

 Powaa texte BD

Fin BD

 

 
 

Posté par Harue-YA à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Tandem Jeunesse 9

Nouveau commentaire